Petit entretien avec le mec le plus cool de Vancouver : Mac Demarco

Vrai et joueur, fidèle à sa réputation.

Le Mauvais Coton : Comment est-ce que tu gères l’absence de cigarettes Viceroy en tournée ? En France ou ailleurs, ça doit être compliqué, non ? D’ailleurs, je vois que ce soir tu es plus Marlboro Light !

Mac Demarco : Les cigarettes restent des putains de cigarettes de mon point de vue. Je suis amoureux des Viceroy parce que ce sont les moins chères et les plus dégueulasses au Canada ! J’en fume depuis des années et j’en fume toujours quand je suis sur place. Ce qui est drôle avec cette marque, c’est que les gens pensent qu’elle est vraiment cool alors que c’est vraiment le pire que l’on puisse trouver !  Pour moi c’était une blague ironique que malheureusement seuls les Canadiens comprennent : Mac De Marco à écrit une chanson sur les pires cigarettes du monde.

 

Je dois t’avouer que je me suis demandé si tu achetais parfois des cartouches que tu transportais en tournée !

Avant ça m’arrivait, mais comme je n’habite plus au Canada, je ne peux plus en acheter souvent…

 

L’année dernière tu avais posté des photos pas très avantageuses de toi barbouillé de rouge à lèvres pour Halloween. Est-ce que tu nous prépares une nouvelle petite surprise pour ce soir ?

A la base on voulait se déguiser en juggalos (ndlr : un style de clowns hardcore aux USA) mais personne n’avait de maquillage à disposition ici… on a merdé sur ce coup.

 

MAC-8892
 

Pendant le concert, vous avez joué plusieurs reprises un peu déjantées. Comment est-ce que ça se passe au niveau de votre set-list ? Tout est prévu à l’avance ? Ou c’est plus au feeling, sur le coup ?

C’est juste des riffs classiques et marrants que je jouais à 14 ans ! Un peu tout ce que je connais. Comme tu as pu le voir, je suis incapable de les jouer en entier, c’est juste une manière pour nous de m’amuser encore un peu plus sur scène !

 

Donc pas de répétition ni rien?

Pas vraiment, il y en a quelques-unes qui reviennent mais en général ça reste de l’impro. Il n’y a jamais eu un moment où l’on s’est assis tous ensemble et où s’est dit « Mec, il faut qu’on joue une chanson de Limp Bizkit! »
 
Que ce soit sur scène ou dans les coulisses, on voit que vous êtes un vrai groupe de potes. Ça se passe comment au niveau de la suite de la soirée ?

On va faire un tour pour voir jouer les autres groupes et après direction l’after. Au Pitchfork de Chicago on a tous passé un putain de bon moment alors ce soir c’est le même programme : terminer complètement saouls.

 

MAC2
 
Donc en général le bar est la suite logique du concert?

C’est souvent comme ça mais ça dépend. A partir du moment où on se marre, on est prêt à essayer plein de choses !  Et en général quand je suis avec mon crew, ça ne rate jamais !

 

Tout ça c’est pour le coté fun, mais une journée typique de Mac DeMarco quand vous ne jouez pas, ça donne quoi ?

Ça n’arrive pas souvent… Mais j’adore juste me poser sur mon lit et matter « the sins ». C’est juste du temps relax, on n’a pas vraiment le temps à cause de toutes nos dates. Et les journées ont été pas mal chargées avec l’enregistrement du nouvel album qu’on vient de terminer.

 

Ah ! On a le droit à une petite date ?

Le 1er Avril, ça sera « Salad Days ».

 

Et qu’est-ce que ça donne niveau style musical ?

Un peu dans le même genre que « 2 », un peu plus sérieux j’imagine…

 

Est-ce qu’il y aurait un groupe peu connu que tu souhaiterais partager avec nos lecteurs? 

Un qui risque de faire fureur rapidement, malgré le fait que leur nom ne soit pas encore très établi, c’est The Doobie Sisters. L’album ne devrait pas tarder à sortir sur le label Stonesthrow de Los Angeles. C’est du r’n’b vraiment classique, mais avec des petites touches de nouveautés qui font que je trouve ça incroyable !

 

MAC

 


Site officiel Paris Pitchfork Festival 
Fan page Mac DeMarco